Techniques de manipulation : demi vérité et discrédit

La demi vérité

En regardant une vidéo « complotiste » (👌…), Jean-Jacques Crèvecoeur disait qu’il avait entendu Idriss Aberkane dire (le truc à tiroirs tu sais…) quelque chose dans le style « Il est beaucoup plus difficile de détecter une demi vérité que de détecter un mensonge ».

A l’heure d’internet, de la libre information (encore un peu pour le moment), des lanceurs d’alertes, etc. il est très difficile de dissimuler des choses ou mentir ouvertement.

Une technique consiste donc à se montrer transparent dans un premier temps, pour gagner ta confiance et ensuite te mettre des disquettes 5″1/4 voir même des putains de disques durs, qu’on va te ranger à coup de trans-palettes, bien au fond de ton cul.

Voici un exemple tout récent : https://www.dta.gov.au/news/dta-publicly-releases-covidsafe-application-source-code
Le gouvernement australien propose le code source de l’application « COVIDSafe » (StopCovid en France…), l’application permettant de tracer tes moindres faits et gestes sous prétexte de lutter contre « la pandémie du covid-19 ».
Le code source se trouve ici : https://github.com/AU-COVIDSafe MAIS avant d’y arriver depuis le site du gouvernement australien, tu passes par cette page : https://covidsafe.gov.au/app-code-terms-and-conditions.html où il est stipulé, entre autres : « 4 – I agree to stop all access and use of the App Code if requested by the DTA.(*) ».
Ici, il y a plusieurs astuces :

  • On te donne le code source de l’application. Mais qui te dit que c’est celui là qui est réellement utilisé dans l’application ? Une fois une application « compilée » (donc téléchargée et exécutée sur ton appareil), il est difficile de la « décompiler » et en comprendre dans le détail le fonctionnement.
  • Seule une partie du code source est donnée. Le code source « côté serveur » ne l’est pas. Tout ce qui se passe entre l’application et la base de données qui regroupe toutes les informations de l’utilisateur ne peut pas être vérifié.
  • (*) On te demande d’accepter de renoncer à l’utilisation du code si la DTA t’en fais la demande 👌
    Pour te donner l’illusion que ton avis compte, que tu participes au processus, qu’ils ne font et ne feront rien dans ton dos sans ton consentement, ils ajoutent ce paragraphe 4…

En France on a eu la même chose avec la distribution du code source du « GÉNÉRATEUR D’ATTESTATION DE DÉPLACEMENT DÉROGATOIRE ». Tu sais c’est cette page du gouvernement qui te permet de générer le document dans lequel tu t’autorises TOI MÊME à sortir de chez toi blabla… https://media.interieur.gouv.fr/deplacement-covid-19/
Le code source est disponible ici : https://github.com/LAB-MI/deplacement-covid-19
Là, pour le coup, j’ai lu le code source, tout se passe « côté client » c’est à dire sur ton appareil et il n’y a pas de communication à distance avec une base de données du gouvernement ou autre.
D’ailleurs pour le vérifier il suffit d’aller sur la page du générateur, se déconnecter d’internet (se mettre en mode avion sur un smartphone ou tablette) et de générer une attestation. Il n’y a aucune communication « distante ».
Et au cas où le gouvernement « sucerait » une quelconque info lors de l’accès à cette page (pour y accéder il faut être connecté), j’ai téléchargé la page entière et je l’ai posée sur mon site à l’adresse suivante : https://mromecki.fr/deplacement-covid-19/
De là, on peut générer une attestation depuis mon site et fais moi confiance que je ne suce rien ni personne, à part des tic tacs de temps en temps…

Bref, pour l’instant tout va bien mais cette soudaine volonté de transparence du gouvernement français sur le générateur d’attestations est là pour te dilater ton anus délicatement et t’introduire ensuite tout en douceur l’application « StopCovid », entre autres.

La demi vérité est donc là pour gagner ta confiance, « montrer patte blanche ». Mais une seule patte, hein, tandis que l’autre est en train de t’enduire les yeux de caca.

J’aime pas partager des citations, ça fait genre j’ai tout compris et je donne des leçons. Mais celle ci de Gilbert, je l’aime bien. Sacré Gilbert…

Le discrédit

Ce procédé est étroitement lié au précédent dans le sens où l’on va répandre sciemment une vraie « fake news » mais assez crédible afin que des gens la partagent à leur tour pour ensuite la démonter, la démentir et qu’elle se retourne contre eux.
A ce moment là, parmi tous les vrais complots dénoncés par ces gens, ce seul partage d’une information, non vérifiée, qui paraissait plausible mais qui se révèle finalement fausse, suffit à les discréditer totalement et à tout jamais.
Il suffit alors à l’entité qui a répandu la fake news de départ de s’ériger en tant que gardien de la vérité car elle dénonce donc le mensonge.
C’est comme ça qu’on aboutit à la grosse en pyjama, Sibeth Ndiaye qui, bien que tout à fait « prête à mentir pour protéger le président », voulait mettre en place une page de lutte contre les fake news sur le site du gouvernement 👌.
Turlututu chapeau pointu.

Ah ! T’as vu !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *