Délation, censure et collabos

Il n’y a rien qui me débecte plus (à part peut être Sibeth Ndiaye ou Clair O’Petit…*) que les petits roquets qui se sentent l’âme de rebelles et qui appellent à signaler massivement des publications sur les réseaux sociaux.

Qu’ils partagent des publications avec lesquelles ils ne sont pas d’accord, qu’ils les dénoncent et qu’ils appellent leur public à ne pas y adhérer (avec des arguments si possible), c’est tout à fait normal.

Mais qu’ils appellent à signaler massivement ces publications, dans le seul but qu’elles soient censurées et « d’alerter les autorités » c’est de l’ordre de la délation et ça me rappelle les heures les plus sombres de notre histoire…

Les medias, les réseaux sociaux (ou même ce blog) sont là pour partager des choses, si tu n’aimes pas tu ne regardes pas tu zappes et c’est tout. On ne t’oblige pas à regarder et à adhérer !

Dans le meilleur des cas, si tu te sens, tu peux commenter, argumenter pour déconstruire l’opinion avec laquelle tu es en désaccord mais de quel droit tu demandes à ce que cette idée ne soit pas partagée ?
C’est pourtant la règle du jeu, on partage, on propose, les autres disposent, c’est comme ça, pourquoi tu fais ton mauvais joueur « nianiania » ?!

Ce n’est ni plus ni moins que du fascisme alors que ces mêmes trous du cul prétendent justement lutter contre !
C’est du même ordre, par exemple, que les demeurés « antifa » qui appellent à péter la gueule des « fachos » au motif qu’ils sont violents et répandent « la haine ».
Les mecs décrètent eux mêmes si t’es facho ou pas, selon leur propre définition, qui est d’ailleurs en totale contradiction avec la vraie signification de ce mot et ensuite se donnent comme projet de vie de « combattre » ça. 👌

Je suis bien sûr pour la liberté d’expression, aussi brutale soit-elle, mais si tu censures et m’interdis de lire, écouter ou voir quelque chose, sache que mon instinct appellera davantage ma curiosité, c’est en réalité contre-productif de ta part.

Mate les icônes à côté de son pseudo, là t’as la « Quinte flush royale », on est bon les copains…
Là tu as du cramé analphabète qui se la joue tantôt scientifique avec les 3 neurones qui lui restent, tantôt rebelle anti-système mais qui appelle à des lois et à l’autorité et toujours ces arguments de choc qui sont les GIFs animés…

2 réflexions sur “Délation, censure et collabos”

  1. Charles Bronson

    Un antifa accompagne exactement ce que souhaite un personnage comme Soros et sa « Société Ouverte », un antifa est « no borders », pour le multiculturalisme, des leviers de l’ultra libéralisme capitaliste qu’il prétend combattre.
    Il n’existe pas d’antifascistes « pro-migrants » anticapitalistes, c’est un contre sens, quand on est « pro migrant » on lutte pour le capitalisme mondialisé.
    On a souvent tendance à dire qu’ils sont des idiots utiles, je dirais qu’ils sont des agents, les leaders de ces mouvements savent très bien ce qu’ils font en envoyant des jeunes débiles au tapin.
    C’est pas en jetant des pavés sur les forces de l’ordre, en taguant des banques qu’ils arriveront à faire croire la cohérence de leur « combat ».

    1. Bien sûr !
      Je pense aussi que les leaders sont des agents, ce sont les petits, ceux qui s’exposent qui sont les « idiots utiles ».
      Et c’est exactement la même chose pour les syndicats par exemple ou notre gouvernement, qui est un amas de jeunes trous du cul arrogants manipulés par les vrais agents, tapis dans l’ombre (et encore, ils ont le culot, de plus en plus, de sortir à découvert maintenant…).
      En fait, chacun est à la fois idiot utile et agent, à tour de rôle, tout dépend de quel point de vue on regarde la scène, c’est hiérarchique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *